Macron velenoso, Conte lo gela: «Io e Salvini siamo uniti». Il retroscena

lunedì 25 giugno 12:13 - DI Alberto Consoli

E alla fine Macron è stato zittito e ha dovuto ingoiare tutta la sua boria. Al prevertice di Bruxelles sui migranti sembra che fra i due vi sia stato anche uno scambio di battute non proprio pacato, come riferisce un retroscena del Corriere della Sera. Il francese – non contento delle ingiurie e delle falsità sull’Italia pronunciate in questi giorni- avrebbe messo bocca anche sul concetto di titolarità dell’azione di governo in Italia. Il premier Conte, riferiscono i suoi, sarebbe stato dunque indotto a rispondere per le rime a Macron: «Io e Salvini siamo uniti, abbiamo un unico obiettivo…», avrebbe sibilato. E, di fatto, gli obiettivi raggiunti dall’Italia sono più d’uno. «Abbiamo bloccato una discussione interamente incentrata sui movimenti secondari dei migranti», dice il premier. Secondo: «Tutti hanno discusso del nostro piano, per la prima volta l’intera Europa sta affrontando l’argomento nella sua interezza». Terzo: «C’è ormai un consenso diffuso sugli hotspot nei Paesi di provenienza o di transito dei migranti e sulla maggiore protezione dei confini esterni. E si va anche verso il rifinanziamento del Trust Fund per l’Africa». Sono i tre obiettivi raggiunti dall’Italia. E Giuseppe Conte è molto soddisfatto, scrive il Corriere della Sera. Un altro risultato è stata l’ammissione da parte di Angel Merkel che ha definito «sistemica» la proposta del governo Conte. Ammissione che ha indotto  Emmanuel Macron ad ammettere che quello del premier italiano  era un piano «coerente». Macron zittito su tutta la linea.

Commenti

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

  • brandani43@gmail.com 26 giugno 2018

    LA MARSIGLIESE SECONDO MACRON

    Allons enfants de la Patrie,
    Le jour de gloire est arrivé !
    Contre notre royale économie,
    L’étendard sanglant est levé !
    Entendez-vous chez nos banquiers
    Mugir ces féroces investisseurs ?
    Ils viennent dans nôtres industries
    Egorger nos profits et nos affaires !

    Aux carnets mes citoyens !
    Tirez-vous vos nobles chèques !
    MACRON ! MACRON !
    Mon chef-d’œuvre si bon
    L’a fait seulement Napoléon !

  • Fyore47@gmail.com 26 giugno 2018

    Mac rom sta facendo detestare la Francia. Come la Merkel ha fatto odiare la Germania, chissá se i francesi lo sanno

  • Hellas.ale@gmail.com 26 giugno 2018

    Macron, il Renzi di Francia.

  • m.frigerio3110@gmail.com 26 giugno 2018

    da France24 La métropole et la ville de Lyon, fief du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, ont-elles financé la campagne d’Emmanuel Macron ? Après une plainte d’élus de droite, le parquet a ouvert une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics.
    Skip
    Une enquête préliminaire a été ouverte sur des soupçons de financement irrégulier de la campagne d’Emmanuel Macron par la métropole de Lyon après une plainte d’élus de droite, a-t-on appris, lundi 25 juin, de source proche de l’enquête.

    Cette enquête, ordonnée vendredi par le parquet et confiée à la police judiciaire, vise des faits présumés de détournements de fonds publics, financement irrégulier de campagne électorale, abus de biens sociaux et recel, évoqués dans une plainte contre X déposée par le maire de Caluire, Philippe Cochet, président du groupe Les Républicains à la métropole de Lyon, et son homologue à la ville, Stéphane Guilland. Tous deux avaient annoncé la semaine dernière avoir saisi le procureur de la République après plusieurs mois d’opposition sur le sujet avec l’exécutif local de La République en marche.

    Selon leur plainte, “des moyens publics (humains, matériels et financiers) sous le contrôle de la ville et de la métropole de Lyon”, que dirigeait le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb avant d’entrer au gouvernement, auraient été “indûment détournés et mis à disposition” du futur président de la République.

    >> À lire : Les comptes de campagne de Macron, Mélenchon, Le Pen et Hamon visés par une plainte d’Anticor

    “Il n’y a rien de nouveau dans ces informations, dont le seul objet est de jeter le discrédit. La plainte des élus Les Républicains de Lyon reprend une polémique que l’opposition locale tente d’alimenter depuis plusieurs mois. La collectivité a eu l’occasion de leur répondre dans le détail à plusieurs reprises”, avait-on rétorqué dans l’entourage du ministre la semaine dernière.

    L’enquête portera notamment sur une importante réception organisée le 2 juin 2016 à l’hôtel de ville de Lyon, où le ministre d’État avait reçu le ministre de l’Économie d’alors, Emmanuel Macron, deux mois après le lancement d’En Marche !.

    Une réception à plus de 19 000 euros

    Lors de cette soirée, la mairie mit de fait les petits plats dans les grands et on se bouscula dans ses salons pour voir Gérard Collomb accueillir son “cher Emmanuel” : un millier d’invités et presque autant de participants, dont les plaignants n’ont jamais pu obtenir la liste ; plus de 19 000 euros de frais, principalement pour le buffet et la sonorisation des lieux, confiés à un traiteur et une société d’événementiel (GL Events) bien connus sur la place.

    Dans leur plainte, les élus estiment qu’Emmanuel Macron a bénéficié “d’une mise à disposition gratuite” de locaux publics “à des fins électorales et partisanes”, alors que la campagne présidentielle était “juridiquement ouverte” ; et que les collectivités lyonnaises, en payant les factures, ont financé un candidat alors que le code électoral l’interdit aux personnes morales, à l’exception des partis et groupements politiques.

    La plainte concerne également Jean-Marie Girier, ancien chef de cabinet de Gérard Collomb à la métropole de Lyon, qui a joué un rôle actif dans la campagne d’Emmanuel Macron avant de rejoindre le ministère de l’Intérieur.

    Ce dernier a bénéficié d’un temps partiel au cabinet de la métropole à partir d’octobre 2016, puis a mis fin à ses fonctions en décembre pour devenir directeur de campagne en janvier 2017.

    Mais les plaignants affirment, documents à l’appui, que son implication au sein d’En Marche ! a commencé bien avant : un cumul de fonctions “juridiquement interdit” selon eux, qui masquerait un emploi “partiellement ou totalement fictif” au sein de la collectivité “selon les périodes”. L’enquête devrait notamment se pencher sur les prises de congés de Jean-Marie Girier.

    Les élus LR s’interrogent enfin sur une utilisation des locaux parisiens de la métropole lyonnaise durant la campagne et entre les deux t

  • peppa68@gmai.com 26 giugno 2018

    Macron è un infante isterico e pericoloso. Sembra che i francesi se ne stiano rendendo conto, e speriamo gli facciano fare la fine che gli italiani hanno fatto fare al giullare di Renzi, al petulante Martina e a tutto l’immondezzaio del pd, venduti ai poteri forti ed alla finanza ebraica dei Soros, Rothschild, Morgan ecc.., il cui disegno è quello di voler sottomettere non solo l’Italia, ma l’intero mondo ai loro piedi. Il problema è che sono molto avanti con questo disegno. Speriamo che Salvini e la Meloni, gli unici che se ne sono resi veramente conto, riescano a fare qualcosa per fermarli!!!!! e speriamo che i 5 stelle li seguano!!!!!

  • Roccoangela60@yahoo.it 26 giugno 2018

    Finalmente la dignità italiana che avanza,grazie a Salvini,Conte e Di Maio!

  • salvo.brindisi@libero.it 26 giugno 2018

    se continua a minare la compattezza che ora vige nel nostro governo….ridicolizziamolo! sta cominciando a stufarci il suo modo di aggredire l’Italia.

  • Leonardo.corso@bluewin.ch 26 giugno 2018

    Matteo lo sapevamo tutti che la Francia e il Napolitano hanno devastato la Linia e tutta l‘area del mediterranio. Spero che adesso gli verrà presentato il conto da pagare.

  • 25 giugno 2018

    Era ora!!! Questi francesi sono veramente indegni, per il loro utile costerebbero su chiunque